En aod, mythique univers.

Taillant les flots noirs, un frêle esquif et ses voiles lacérées, charpie torturée par les vents mauvais. Debout à la proue, je vois ramer ces fantômes aux visages multiples, incarnation de mon passé. Il ne reste aucun souvenir des havres désertés et l’espoir se dissout dans les méandres du temps. Doucement la lassitude s’épanche sur mon esprit. Comme le sable sous les vagues, je me laisse bercer, l’âme embuée. Et lorsque les cieux s’enroulent au dessus de ma tête, gigantesque serpent aux écailles (...)

31/08/12 par Nadia Sanchez Lire la suite....

Celui qui marchait

Crains, mon enfant, le verbe empoisonné de la souveraine des illusions funèbres. Si ton âme, torturée par de chaotiques pensées, laisse l’amour céder la place à l’amertume, elle invoquera les esprits tourmenteurs aux abords des marais de tristesse. Par leurs suppliques obsédantes, ils te harcèleront, et ce, jusqu’à t’en déchirer le cœur tu venais à t’apitoyer sur le sort de ces cadavres décharnés, cénacle méphitique dans l’eau poisseuse, ils n’attendront qu’un geste imprudent de toi. Si, accablé et hanté, tes (...)

31/08/12 par Nadia Sanchez Lire la suite....

L’arbre noir et l’étoile / Ar wezenn du hag ar sterenn

Il était gigantesque et beau. Ses vastes ramures semblaient aussi bien épouser le firmament qu’embrasser le sol. Les corbeaux de s’y percher, guirlande bistre et mouvante, gardiens de ses secrets. Sous la terre d’une plaine sans nom, couraient ses racines, des lieues à la ronde. L’arbre noir. Aux premiers cris de l’univers, la farandole du petit peuple, matrice alchimique, fit croître son tronc noueux. La lune glissait, aimable et rieuse entre ses branches. Le soleil l’abreuvait de ses ondes (...)

29/08/12 par Nadia Sanchez Lire la suite....

Ar galon digor

Un rêve, par delà les sylves infinies et la peau brune de nos terres. Un rêve, dans ces contrées légendaires, loin de mes mornes plaines. Un rêve que je ne ferai plus, qui, en silence, passera, brume dispersée. Tu n’existes qu’en ce rêve, dis moi qu’il ne s’agit que d’un rêve. Un rêve animé par le souffle. Un rêve fait de chair et de sang. Me laissant étendue, les mains vides, le cœur ouvert, ar galon digor. Dès lors que j’entendrai les pas de l’Ankou, je saurai. Ces vastes paysages, tantôt caressés, (...)

29/08/12 par Nadia Sanchez Lire la suite....

Ce bonheur si simple

S’asseoir au pied d’un arbre, regarder devant soi. Les champs au printemps, l’avoine qui danse sous le vent. Fermer les yeux un instant, tenir ton bras sur ma poitrine. Les battements de ton coeur, le vol d’une libellule bleu azur. Apprécier la chaude caresse du soleil, sourire de plaisir. L’odeur des pommiers, un bruissement d’aile au loin. Rien, rien d’autre que tes doigts glissant sur les miens. Rien d’autre que ce moment suspendu entre ciel et terre. S’embrasser dans le cou, sentir venir le (...)

28/08/12 par Nadia Sanchez Lire la suite....

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25